22 décembre 2006

L’Incubateur Multimédia Belle de Mai : préparer les créateurs d’innovations

Spécialisé dans le domaine des industries du multimédia éducatif et culturel, l’Incubateur soutient des projets de création d’entreprises innovantes, originaires de toute la France. Depuis le début de son activité, en juillet 2000, l'Incubateur Multimédia Belle de Mai a accueilli 64 projets en incubation parmi lesquels 43 ont permis la création d’entreprises générant plus d’une centaine d’emplois.

Les porteurs de projets : très peu sont issus du monde de la recherche

Imaginez un homme, âgé de 35 ans, diplômé de l’enseignement supérieur avec une expérience très réussie dans le monde privé, impliqué dans le monde de l’industrie mais également dans le monde de la recherche … Voilà, le portrait type d’un porteur de projet à l’Incubateur Multimédia Belle de Mai.

Pourtant, selon M. Brocart, directeur de l’Incubateur, la mission des Incubateurs étant de valoriser la recherche publique, « le profil idéal est un chercheur ou un enseignant chercheur post-doctorant qui prend conscience que ses recherches offrent des possibilités de développement économique». Mais le vivier n’émane pas de la recherche, il faudra encore des efforts pour que les chercheurs et les enseignants chercheurs aient le goût de l’entreprenariat.

L’Incubateur Multimédia Belle de Mai reçoit de 50 à 60 projets par an ; seulement 10 projets pourront être accompagnés. Le nombre de demande reste constant mais la qualité des projets s’améliore favorisant une meilleure sélectivité.

Pour M. Brocart, il ne s’agit pas d’« un cabinet de conseil, les Incubateurs sont là pour que le porteur de projet se pose les bonnes questions »

Cette structure offre une hébergement et une aide logistique grâce à des plate-formes d’incubation, une mise en relation avec les professionnels, les organismes d’aide à la création d’entreprise, et un financement de prestations nécessaires à la réalisation du projet (études marketing, techniques, conseils juridiques...). Afin de les préparer à leur rôle d’entrepreneur, une partie de ces aides seront remboursables.

Pour Jean Pierre Brocart, le rôle de l’Incubateur «  n’est pas du tout de répondre à sa place, et de faire à sa place mais de l’amener à prendre conscience des questions, les étudier et d’avoir en tête les meilleures réponses possibles pour lui, pour son projet et le développement de son entreprise. »

Au terme de l’incubation qui dure de 18 à 24 mois, l’Incubateur gagne du temps sur le développement de l’entreprise. Le porteur de projet et son équipe sont formés, ont une connaissance plus concrète de leur marché, des développements et des partenariats possibles.

Enfin, quelques conseils de M. Brocart pour créer son entreprise :

- « être entrepreneur, c’est un métier très difficile, c’est 24h/24 tout le temps ;

- être en équipe, même à deux, cela permet de se conforter, réconforter, critiquer ;

- ne pas s’imaginer obtenir des résultats immédiats, les porteurs passent par des phases de joie, de déception et de doute ;

- il faut prendre du recul pour redéfinir ses décisions selon les difficultés rencontrées. »

Une autre donnée, qui découragera les moins téméraires, concerne les finances : pour M. Brocart, «quand il n’y a pas d’investissement financier propre au départ, malheureusement les statistiques montrent que le projet parvient peu souvent à la création entreprise »

Il faut donc s’engager personnellement dans cette aventure !

(Pour en savoir plus : belledemai.org)

Posté par Sonia S à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L’Incubateur Multimédia Belle de Mai : préparer les créateurs d’innovations

Nouveau commentaire